Préférez le Rewriting SEO Friendly au « Content Spinning » pour optimiser votre référencement SEO

Publié le:novembre 27, 2014
Commentaires
Ajouter

 

La rédaction de contenus structurés pour le Web, Clé de voûte du référencement SEO

Comme toutes les technologies, celle de l’internet évolue, aujourd’hui de nouvelles normes de codage plus compatibles avec les moteurs de recherche sont apparues, notamment le Web Sémantique qui a amené une structuration de l’information pour qu’elle puisse être accessible facilement et plus adaptée aux différents navigateurs et moteurs de recherche.

Redaction de contenus

Rédaction de contenus web

Aussi, de son côté Google a régulièrement actualisé ses algorithmes de référencement et d’indexation  des sites internet. Depuis 2011, l’algorithme Panda, puis l’algorithme Pigeon pour le traitement de la recherche locale, impose un formalisme lié à la rédaction de contenus pour le web  et pénalise les abus, comme la duplication de contenus. Désormais, les contenus des pages doivent respecter le principe de la pyramide inversée. Chaque bloc de texte, doit contenir, un titre et un paragraphe, respecter une verticalité, en partant du contenu essentiel au superficiel.

fotolia_29338684

Il est assez fréquent de constater que de nombreux rédacteurs de contenus pour le web ont recours au   Content Spinning, un moyen rapide et automatisé de produire du contenu en quantité à partir d’un contenu existant, appelé également  « rotation de contenus » peu qualifié, un contenu qui, très souvent produit l’effet inverse de l’objectif attendu.

Adoptez une approche de rédaction journalistique en y ajoutant une dose SEO.

Google aime les médias web éditeurs de contenus qualifié, soyez-en un !

Confiez la rédaction de vos contenus à un rédacteur professionnel, un gestionnaire de vos contenus

Bien que la rédaction de contenus structurés pour le web soit plus complexe, nécessitant une gymnastique intellectuelle, de recherche lexicale et syntaxique d’écriture, de réécriture et de reformulation, elle reste une des méthodes la plus recommandée.Certes, elle nécessite de dédier un poste à part entière, celui d’un rédacteur web, un gestionnaire de contenus, néanmoins des solutions d’externalisation peuvent tout à fait être envisagées, si les plans de charge ne sont pas suffisant pour dédier un poste à plein temps.

Confier la rédaction de vos contenus à un rédacteur confirmé en interne ou en externalisé, reste aujourd’hui une des méthodes qui contribue à obtenir un positionnement SEO optimisé, donc de développer votre audience, votre trafic et vos ventes par internet. La démarche d’écriture doit être réfléchit  dès la phase de conception d’un projet web.

Ludifrance- Rédaction pour le WebRédaction de contenus pour le Web

Il convient d’accorder la même importance à la rédaction de vos contenus web en version multilingue. L’erreur à ne pas commettre est celle de confier les textes à un traducteur maîtrisant la langue de traduction  certes, mais pas votre métier ou celui de votre client, si vous êtes une Agence Web.

Vous aurez compris, qu’il ne s’agit pas de faire faire une traduction littérale, il vous appartient  à vous « connaisseur de votre métier » de réaliser votre Benchmark Concurrentiel, dans la langue de traduction, d’identifier les classes de mots clés et expressions par pertinence thématique, qui d’ailleurs, peuvent être totalement différentes de celles déclinées en version française. Il peut être utile d’intégrer une expression idiomatique dans le texte en version anglaise, mais qui n’aura aucun sens contextuel si on intègre la traduction littérale en Français.

Christian Delom, Directeur de la Stratégie chez Atout France, m’a fait part d’une expérience de traduction de contenus touristiques confiés par Atout France à une intervenante Chinoise.
Le rendu de la  traduction de la version chinoise du texte ne reflète pas totalement le sens des contenus de la version française, et pour cause, la traductrice n’était pas en mesure de saisir les nuances de la langue Française.

Cela montre à quel point certains contenus à traduire peuvent nécessiter des facultés abstractives chez un traducteur, pour saisir le sens des mots et des expressions (Syntaxe, Sémantique…). Vu que la finalité du contenu est d’être relayé sur le Web auprès de l’internaute et Mobinaute, autant dire, qu’il faudra des contenus lisibles et compréhensibles facilement, lorsqu’on sait qu’un internaute lit en diagonale est qu’il est éminemment zappeur.

C’est uniquement une fois cette première phase de traduction achevée, que vous serez en mesure de confier, à votre traducteur, la seconde phase du travail de rédaction pour le web dans la langue de traduction,  en l’invitant à suivre les mêmes règles d’écriture pour la version française.

Il est amusant de constater que de plus en plus d’éditeurs de site et d’Agences Web en Californie se tournent vers les formations en sciences humaines, des formations diplômantes en Littérature, en psychologie du travail, Histoire et en sociologie,  pour recruter  des profils littéraires, les former aux métiers du web, dans un premier temps, avant de les destiner à des fonctions de rédaction et de gestion de contenus.

Voilà une cause qui finira par réconcilier les profils scientifiques et Littéraires !

Il n’existe pas à ma connaissance de formation diplômante dédiée à la rédaction et la gestion de contenus pour le web. Cette fonction est très souvent prise en charge par des profils de Marketeurs et de Journalistes.

La difficulté dans l’approche rédactionnelle est de trouver le bon profil qui a de réelles capacités rédactionnelles, mais pas seulement, il devra maîtriser également les règles d’écriture pour le web, être capable, à chaque fois, de trouver la dose SEO suffisante, opérer un choix judicieux de classes de mots clés et d’expressions par pertinence thématique liés au métier, au produit et/ou service à promouvoir, pour les intégrer dans la trame éditoriale. Car, il ne s’agit pas, encore une fois, de rédiger un texte littéraire, il s’agit de le reformuler pour le web.

Les ergonomes intervenants dans la conception de projets web (souvent pour des Grands Comptes) intègrent totalement la dimension rédaction dans leurs projets de conception des interfaces Web.

 La gestion de contenus web, une nécessité impérieuse pour le secteur du tourisme

Le secteur du Tourisme et Loisirs est connu pour être pourvoyeur de gros  volumes de contenus, notamment les descriptifs des destinations touristiques. Néanmoins, nous constatons quelques anomalies, notamment dans les descriptifs postés sur les extranets de réservation hôtelière, ou le recours à la duplication de paragraphes et de descriptifs est une pratique courante chez les éditeurs d’extranets.

Nombreux, sont les extranets et portails qui ont recours au « Content Spinning » pour tenir à jour les descriptifs des Hôtels, surtout lorsqu’il s’agit de les décliner sur des fermes de sites appartenant à la même entité, très souvent, à l’insu de l’hôtelier,  pratique qui n’est pas recommandée bien entendu.

Rédaction de contenus touristiques

Rédaction de contenus touristiques

Le meilleur  moyen, d’optimiser l’attractivité d’un portail d’un Office de Tourisme, d’une fiche d’un hôtel sur un  extranet de réservation hôtelière et de donner la main à l’hôtelier ou à l’office du tourisme pour mettre à jour ses contenus, lui-même.

Très souvent, pour les hôtels, la mise à jour des tarifs et disponibilités est favorisée au détriment des contenus descriptifs qui ont autant d’importance du point de vue référencement, néanmoins qui sont mis à jour à une fréquence bien moindre, au mieux 1 fois par an.

Nous recommandons aux hôteliers de prendre en charge eux-mêmes la mise à jour de leurs extranets sur les centrales de réservation, d’accorder autant d’importance à la mise à jour de leurs contenus descriptifs, qu’à leurs tarifs, promotions et disponibilités. Idéalement, il faudrait poster une actualité au moins à intervalle mensuelle, même si l’actualité n’est pas en rapport direct avec l’établissement et est en lien avec la vie du village ou de la ville de localisation. (animation, festivités etc.).

Pour ce qui est des Offices de Tourisme, les contenus sont issus de Systèmes d’Information Touristiques (SIT) via des API, des contenus sur lesquels certains OT n’ont pas toujours la main directement, pour leurs mise à jour, bien qu’ils soient eux-mêmes à l’origine de la collecte de ces contenus auprès de leurs prestataires touristiques adhérents.

J’ai été convié à la journée du M-Tourisme Day organisée par Telecom Valley  à Nice, j’ai encore en tête, le souvenir de l’intervention de Christian Delom Directeur de la Stratégie, de l’Observation et des Nouvelles Technologies chez Atout France.
Monsieur Delom a longuement insisté auprès des Offices de Tourisme, CDT et CRT, sur l’importance de la rédaction de contenus de qualité pour le web et de leurs actualisation régulière.

Pour plus d’information, vous pouvez consulter la rubrique « rédaction de contenus » disponible sur notre site internet : http://www.ludifrance.fr/offres/redaction-de-contenus-web

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>